Chapitre 24 ▲

Ça commence, plus moyen de reculer. La première partie des opérations a été lancée. Permettre aux Dos Rouge de passer nos lignes de défense va mettre tout le monde sur les dents en les contraignant à prendre des décisions sous pression. Nous les avons envoyés assez loin d’Irvar, assez pour permettre de lancer l’alarme. Sur le papier, ils ne croiseront personne. Il y aura forcément des dommages collatéraux mais j’essaie de faire en sorte qu’ils soient le plus minimes possible. Je ne suis pas un monstre tout de même ! Pour l’heure, je me concentre sur le prochain coup. Il est impératif que j’y arrive. Aucune preuve de notre implication ne doit être récupérée. Je ne cherche pas à m’en sortir. Je sais vers quoi je me dirige, j’y vais même volontairement mais il faut que Simen ne puisse pas savoir avec certitude qui m’a aidé à le trahir. Le doute est le pilier de mon plan. Il doit prendre le dessus sur tout le reste et ne plus permettre au Varhé de savoir à qui il peut se fier. La réaction logique quand vos plus proches alliés retournent leur veste est de vous protéger. Vous vous coupez de tout le monde. Si vous ne savez plus à qui faire confiance, vous ne faîtes plus confiance à personne.

Simen doit prendre la décision finale de lui-même. Il est essentiel que le peuple le voit prendre cette mesure de son plein gré. Et pour cela, je dois me débrouiller pour visser la confusion dans son esprit. Rien ne doit être irréfutable. J’ai compris depuis longtemps que pour démanteler un système, il ne faut pas le combattre – le nôtre est trop profondément enraciné – mais l’infiltrer jusqu’à s’approprier le plus infime de ses fonctionnements. J’ai planché sur le règlement de notre institution jusqu’à m’en faire saigner les yeux et j’y ai trouvé le moyen de mettre à genoux notre fonctionnement politique. Quand Simen n’aura aucun moyen de savoir à quel point le sénat est corrompu, il comprendra qu’il ne peut plus s’appuyer dessus pour protéger son peuple. Il devra le bloquer et passer ainsi du statut de Varhé à celui de dictateur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *