Chapitre 19 ▲ Partie 1 – Simen

« Voilà qui était inattendu, commence Tazah.
-On se serait passé de ce rebondissement si tu veux mon avis, affirme Krikan.
-Surtout elle », renchéris-je.
Tâchons de remettre l’importance là où elle se doit d’être, c’est-à-dire sur la fille.
« Les Hommes ! À croire qu’on doit passer notre vie à ramasser derrière vous. La petite a raison Archo. Qu’est-ce qui t’a pris ? »
Ma grand-mère s’assoit à ses côtés, lui file une pichenette sur le sommet du crâne avant d’enrouler ses mains ensanglantées dans une serviette propre qu’elle a déniché sur une table. Vili se penche vers son mari pour lui parler discrètement puis s’en va sans entrer dans la discussion. J’aurais pensé qu’elle serait intervenue mais visiblement elle est fâchée. J’arrive à attraper le regard de mon frère pour lui faire comprendre silencieusement que je suis désolé. Il me sourit tristement en secouant le menton. Ce n’est pas comme si c’était moi qui avais foiré.
« Je suis tombé amoureux, lui répond Archo. Voilà tout. »
Je sais bien que nous sommes enclins aux élans passionnés mais tout de même il y va fort. L’amour ne justifie pas tout.
« Ça me paraît léger comme excuse, me fâché-je.
-J’en ai conscience mais que puis-je dire d’autre ? Ne ferais-tu pas n’importe quoi pour Anja ? »
Sa question me désarçonne ou plutôt c’est la réponse que j’allais spontanément lui fournir qui me turlupine. Non, je ne ferais pas n’importe quoi pour Anja. Et cette retenue ne colle avec aucun des exemples que j’ai autour de moi. Les hommes de ma famille qui ont la chance d’être en couple feraient tous n’importe quoi pour leur compagne. Yulian en tête de ligne. Ce qui me fâche ce n’est pas tant l’erreur de mon ami mais le fait de me rendre compte que je ne serais pas capable de faire une telle bourde pour Anja. Devant mon mutisme, Archo me fait une requête imprévue :
« M’autoriserais-tu à aller sur Neyri afin de voir ma compagne ?
-Archo, leurs femmes ont été attaquées hier et selon leur point de vue, une a surement été enlevée. Je ne crois pas que ce soit le moment opportun pour lancer les opérations de séduction diplomatiques.
-Cela pourrait être une visite officieuse. Le sort qui me sera réservé m’importe peu. Je prendrai le risque d’y aller seul, tente-t-il.
-Je suis celui qui décide du risque qui doit être pris et par qui. Et pour l’instant, il est hors de question que j’autorise qui que ce soit à aller perturber les Neyri. J’ai des affaires en attente, annoncé-je. Je suis sérieux Archo, laisse-lui de l’espace. »
Je n’ai pas de réponse.
« Et va te faire soigner, ordonné-je gentiment.
-Je le raccompagne, répond à sa place ma grand-mère en l’empoignant d’autorité.
-J’ai de grosses livraisons attendues pour aujourd’hui, je dois filer aussi. Vous me tenez au parfum, dit-Krikan avant de partir.
-Je voudrais discuter », m’informe Yulian quand nous nous retrouvons seuls.
-D’accord », m’étonné-je.
Devant mon air perdu, il enchaîne :
« C’est important.
-Quelle est donc cette chose qui ne peut souffrir d’un délai ?
-Je pense qu’il vaut mieux qu’on en discute en privé.
-C’est au sujet d’Archo ?
-Non. De toi.
-De moi ? Qu’ai-je fait encore ?
-Je voudrais juste savoir comment tu vas.
-Pas besoin d’un tête-à-tête pour que je réponde à cette question. Je vais très bien.
-Mouais ».
Yulian m’évalue en plissant le nez.
« Viens on sera plus à l’aise dans ton bureau. »
Les minutes nécessaires afin de rejoindre mon bureau se déroule en silence. Ce qui avec mon aîné n’est jamais de bon augure. Il est constamment en train de jacter. Quand sa bouche reste fermée, c’est qu’il réfléchit à une chose qui le tracasse sinon mon frère nous fait toujours profiter de ses pensées à voix haute. Je pousse la porte de mon bureau. Yulian va s’assoir. Je préfère rester debout. Question d’attitude. Je sens la migraine pointer le bout de son nez. Je frotte mes tempes et attaque :
« Bon, alors que veux-tu ? Demandé-je durement agacé par ses devinettes.
-Où est Anja ? »
Sa question n’est pas de celles auxquelles je m’attendais. Question somme toute inoffensive.
« Je n’en sais rien », réponds-je automatiquement dans un mouvement d’épaule.
Yulian hausse un sourcil.
« Pourquoi n’était-elle pas là ce matin ?
-Je … » commencé-je avant de stopper.
Je n’ai pas la réponse et je ne veux pas l’avouer à mon frère.
« Où est la nouvelle ?
-Je ne sais pas non plus mais Zoran est avec elle. »
Comment veut-il que je sache où elle est ? Au moins je me suis assuré qu’elle ne soit pas seule.
« Sais-tu que quand j’ai rencontré Vili, j’avais toujours à cœur de savoir où elle se trouvait ? Je l’espionnais, la veiller. On aurait cru un vrai maniaque.
-Ça me paraît logique. »
Les Eldiriens ont un furieux sens de protection envers leur compagne.
« Comment expliques-tu ne pas savoir où se trouve Anja, ta promise ?
-Je suppose que parce que je sais qu’elle ne craint rien, je ne m’inquiète pas. Où veux-tu en venir ?
-Je trouve tout simplement étonnant que tu saches où se trouve la nouvelle mais pas où se trouve Anja. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *