▲ Bleu Eyed Toy ▲

Où crois-tu aller ? Sur ma toile tu ne trouveras pas d’échappatoire.

Comment crois-tu t’enfuir? Sur papier glacé, tu es mon exutoire.

Tu es ce que j’ai envie que tu sois, mes envies te domineront,

Tu ne t’appartiens déjà plus, mes jouissances te possèderont,

Sans mon papier je meurs.

 

Parce qu’il vaut mieux fantasmer,

Intouchable, my blue eyed boy.

Parce qu’il vaut mieux goûter,

Malléable, my blue eyed toy.

 

Alors que les autres croient t’approcher dans le 7ème monde,

Je dispose de toi, quand bon me semble sous la ronde.

Qu’elles hurlent, qu’elles se battent, qu’elles se tortillent, qu’elles se prostituent.

Ici, c’est toi la pute.

Dans leur cacophonie folle, elles gémissent hystériques.

Je grandis seule dans mon silence de ton aphasie.  Enchaînant mon mystique.

Le dieu soumis se prosterne devant sa prêtresse,  esclave de mon appétence inassouvissable.

Je vis de ton regard aveugle, je respire ton souffle inventé, tu te fais tant désirable.

Dans ma bulle hermétique, j’halète de te savoir à portée, vêtu du costume que je t’ai dessiné.

Les rêves sont fidèles mais tu ne partages pas les mêmes. Pourquoi leur donnerais-je une portée ?

Sans mon papier, je meurs.

 

Parce qu’il vaut mieux fantasmer,

Intouchable, my blue eyed boy.

Parce qu’iI vaut mieux goûter,

Malléable, my blue eyed toy.

 

Tu trouveras du plaisir dans la soumission puisque sans un geste tu me petit-tues.

Un dernier souffle et je m’aperçois que c’est finalement toi l’ensorceleur? Pourquoi me forces-tu ?

Détenant les rennes dans ta cage de papier, je te veux autant que je te déteste.

Pourquoi ne me vois-tu pas ? Je me perds dans le test.

Tu me restes énigmatique alors que je te détiens jusqu’à la dernière once.

Mangeant ton humanité en ôtant la mienne, je ne trouve pas de réponse.

Nous aurons pour cimetière mon pan de mur et c’est dans mon illusion que nous finirons,

Parce que demain nous recommencerons,

Sans mon papier, je meurs.

 

Parce qu’il vaut mieux fantasmer,

Intouchable, my blue eyed boy.

Parce qu’iI vaut mieux goûter,

Malléable, my blue eyed toy.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *